En manque de gaz, Macron se rappelle au bon souvenir de l’Algérie

Le président de la République entame ce jeudi une visite officielle de trois jours en Algérie. En froid depuis un an, les deux puissances vont tenter de sceller l’embellie diplomatique perçue ces derniers mois. La France en a besoin pour des raisons économiques, politiques et énergétiques.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À l’aube d’un hiver périlleux, l’Europe accélère sa quête d’énergie. Alors qu’Olaf Scholz, le chancelier allemand, rentre tout juste du Canada, où il a obtenu le renforcement du partenariat énergétique entre les deux pays, Emmanuel Macron s’est envolé jeudi 25 août pour l’Algérie. Le président de la République doit passer trois jours à Alger et Oran, où il tentera de réchauffer ses relations avec le septième exportateur mondial de gaz naturel.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal