Amara Essy: «Nous sommes en Côte d'Ivoire sous l'emprise d'une douce dictature»

Par

D’ordinaire très discret, l’ancien ministre ivoirien Amara Essy évoque le sort de Laurent Gbagbo, qui comparaît devant la Cour pénale internationale pour « crimes contre l’humanité ». Il revient aussi sur la dernière élection présidentielle ivoirienne en se montrant critique vis-à-vis de l’actuel président, Alassane Ouattara, et des grandes puissances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Né dans le centre de la Côte d’Ivoire, Amara Essy, 71 ans, est un modèle pour plusieurs générations de diplomates africains. Très proche du président Félix Houphouët-Boigny (1960-1993), il a été ambassadeur (1975-1990) puis ministre des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire (1990-1999). Il a aussi été président de l’Assemblée générale des Nations unies en 1994 et 1995 et secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).