Pourquoi les élections italiennes sont une excellente nouvelle

Par

N’en déplaise aux commentateurs, les résultats des élections générales ouvrent au contraire des perspectives passionnantes : l’obligation faite à la gauche de construire de fortes majorités d’idées ; la nécessité de revoir le fonctionnement de l’Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faudrait donc pleurer ! Se lamenter des choix électoraux des Italiens, maudits inconscients, qui viennent mettre toute l’Europe en péril. Il faudrait s’horrifier de voir un « histrion populiste et démagogue », Beppe Grillo, et son Mouvement 5 étoiles devenir la troisième force politique du pays. Il faudrait s’incliner devant la dépouille de Mario Monti, passé sous le laminoir électoral et plaindre tous ces brillants experts-ministres congédiés par un peuple irresponsable. Il faudrait s’indigner de cette intolérable manie italienne de rendre « ingouvernable » ce pays.