Le «nucléaire sale» d'Areva au Nord-Niger

Par

Le collectif Tchinagen dénonce les méthodes d'extraction de l'uranium par la société Areva dans la région d'Agadez, qui menaceraient la survie des populations locales déjà durement éprouvées par un conflit avec l'armée nigérienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une région du monde victime de ses richesses. C'est ainsi qu'est décrit le Nord-Niger par le collectif de solidarité franco-nigérien Tchinagen, qui organisait, mardi 25 mars, une conférence de presse à l'Assemblée nationale. En cause, l'extraction d'uranium et Areva, la société française qui exploite une partie des gisements nigériens depuis quatre décennies dans la région d'Agadez. Une entreprise coupable, selon les membres du collectif, de détériorer l'environnement et de pousser les habitants de ces régions à l'exode.