Droites et extrêmes droites l'emportent dans 20 pays sur 28

L'Europe continue de pencher très à droite. L'aggravation de la crise économique et sociale (26 millions de chômeurs dans l'Union) n'a pas profité aux sociaux-démocrates. Seuls quelques pays méditerranéens ont placé des partis de gauche en tête.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Vue d'Europe du Sud, l'histoire est tout autre. En Grèce, le Syriza, parti anti-austérité qui n'avait rassemblé que 4,7 % des voix il y a cinq ans, est le grand vainqueur du scrutin (26,5 %). L'irruption de Podemos, surgi des méandres du mouvement « indigné » en début d'année, a créé la surprise en Espagne, avec cinq sièges d'élus, faisant quasiment jeu égal avec les écolo-communistes d'Izquierda Unida (IU, six sièges). Le parti populaire au pouvoir (droite) remporte le scrutin, mais a perdu plus de 2,5 millions de voix par rapport à 2009.
Au Portugal, le parti conservateur au pouvoir a été sanctionné pour sa politique de rigueur, profitant aux socialistes dans l'opposition (31 %), sur fond de poussée du vieux parti communiste portugais (trois sièges). Quant à l'Italie, elle offre un succès à Matteo Renzi, son chef du gouvernement issu des rangs du parti démocrate, confronté dimanche à son premier test électoral depuis son arrivée au pouvoir (34,5 %). Il distance de près de dix points le Mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo (25,5 %).
Mais ces quatre scrutins méditerranéens qui sourient à la gauche, dans toutes ses variantes, ne doivent pas faire oublier l'essentiel. Après cinq années d'une crise économique et sociale sans précédent dans l'histoire de l'Union, l'Europe continue de pencher à droite, très à droite. Ceux qui se sont rendus aux urnes – soit 43,09 % des inscrits, un taux de participation stable par rapport à 2009 – se sont d'abord prononcés pour une Europe conservatrice. L'aggravation des chiffres du chômage (au moins 26 millions de chômeurs aujourd'hui dans l'UE) n'a pas permis aux sociaux-démocrates de reprendre la main.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange