L’étrange départ d’EDF de Taïwan

Par et Adrien Simorre

Le géant français de l’énergie a décidé cette année de fermer en douce son antenne à Taïwan, archipel démocratique considéré comme une province chinoise par Pékin. La décision pourrait ne pas être étrangère à l’engagement croissant d’EDF sur le continent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Taipei (Taïwan).– C’est un contrat parmi des dizaines d’autres. Lundi 25 mars 2019, Paris a déroulé le tapis rouge au dirigeant chinois Xi Jinping. La visite s’accompagne d’une cascade d’accords commerciaux. Parmi ceux-ci, EDF, entreprise dont l’État français est actionnaire majoritaire, entérine avec China Energy Investment Corporation (CEIC) un contrat d’un milliard d’euros pour deux phases d’un projet d’éoliennes flottantes au large du Jiangsu, province accolée à la ville de Shanghai par son côté nord. C’est la première fois que l’énergéticien français entre sur un marché asiatique d’éolien offshore.