Du rêve de Mitteleuropa au cauchemar du groupe de Visegrád

Par Simon Rico

Après la chute du rideau de fer en 1989, l’Europe clamait que Polonais, Hongrois ou Tchèques étaient de « véritables » Européens, porteurs d’une ancestrale culture de tolérance. Aujourd'hui, les pays du groupe de Visegrád réclament la fermeture des frontières. La Mitteleuropa ne serait-elle qu’un mythe ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous ne considérons pas ces gens-là comme des réfugiés musulmans, mais comme des envahisseurs musulmans. » Début janvier, Viktor Orbán répondait ainsi aux critiques de Martin Schulz, alors chef des sociaux-démocrates allemands, qui s’inquiétait de la « logique dangereuse » suivie par Budapest dans la crise migratoire.