« Projet Pegasus » : la traque de l’opposition par le régime rwandais ne surprend personne

Les révélations du « Projet Pegasus » pointent le Rwanda comme l’un des plus grands clients de NSO. Les autorités du pays ont ciblé plus de 3 500 numéros de téléphone. Une surveillance massive qui vise principalement les voix de l’opposition et qui ne surprend ni militants ni journalistes dans un État où la liberté de parole est très contrôlée. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Des opposants, des journalistes, des dirigeants politiques étrangers... Pas moins de 3 500 numéros de téléphone composent la longue liste des personnes ciblées par le Rwanda dans l’affaire du « Projet Pegasus ». Le logiciel espion israélien commercialisé par le groupe NSO permet aux États qui le possèdent d’accéder à distance aux smartphones visés. Une fois introduit, « Pegasus » donne accès à toutes les options, de la consultation de messages à l’écoute des appels, en passant par l’activation du micro et de la caméra de l’appareil. Sans que les utilisateurs et utilisatrices ne cliquent sur aucun lien malveillant. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Afrique(s) — Enquête
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
France — Enquête
Dans l’ombre de la ministre Pannier-Runacher, son encombrant compagnon
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Libertés publiques — Enquête
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Terrorisme — Enquête
Attentats de Bruxelles : et la cellule terroriste du 13-Novembre frappa une deuxième fois
Mediapart retrace l’histoire de la première cellule djihadiste à avoir réussi à commettre plusieurs attaques en Europe. Des attentats du 13-Novembre à ceux du 22-Mars ou comment les assassins ont échappé aux polices françaises et belges à leurs trousses. 
par Matthieu Suc