Le coup de blues du Texas rouge

Par

C’est l’un des récits favoris des démocrates, surtout ceux de la côte est : bientôt, le Texas redeviendra « bleu » (la couleur associée à leur parti). Si les républicains avaient tendance à se moquer de leur optimisme, ils peuvent désormais commencer à sérieusement s’inquiéter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale au Texas.– Ça ne va pas fort chez les républicains du Texas. Ils pensaient dominer la région et pouvoir le démontrer à chaque élection. Les présidentielles ? Une promenade de santé normalement. Ici, on n’a pas envoyé de candidat démocrate à la Maison Blanche depuis 1976. L’assemblée locale est républicaine, tout comme les vingt-neuf élus à l’échelle de l’État, du procureur général au gouverneur. Ce dernier, Greg Abbott, élu en 2014, met un point d’honneur à lutter contre « l’interventionnisme de Washington » et à défendre la sacro-sainte indépendance du Texas (une république de 1836 à 1845), l’industrie pétrolière et le port d’armes. Cet été, il signait un texte de loi autorisant celui-ci jusque dans les salles de classe des universités publiques de l’État.