Le Triomphe de la mort

Par Roberto Scarpinato

Mediapart commence la publication d'un texte en trois volets sur la mafia et la peur écrit par Roberto Scarpinato, procureur général au parquet de Palerme. Mémoire historique de la lutte antimafia en Sicile, cette haute figure de la justice en Europe n’a cessé de donner un sens politique et historique à son travail de magistrat. Son texte, publié en partenariat avec le MuCEM, offre une plongée saisissante dans les ténèbres de la société sicilienne et du genre humain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un palais de Palerme se trouve la peinture la plus célèbre de la ville : une gigantesque fresque murale datant de 1456 appelée Le Triomphe de la mort. Au centre est représenté un squelette monté sur un cheval blanc traversant la ville au galop et décochant des flèches qui sèment la mort. Au sol gisent, mortes ou moribondes, des personnes de différentes classes sociales : aristocrates, ecclésiastiques, marchands et gens du peuple. Plus que le témoignage d’un passé révolu, cette fresque pourrait être considérée comme un symbole de la ville qui, défiant le temps, parvient jusqu’à nos jours.