Après l’interdiction, le Brésil fait face au défi du désamiantage

Par

Le troisième producteur mondial a proscrit l’amiante en novembre. Mais dans les favelas de Rio, où la plupart des toits et des citernes contiennent la fibre cancérigène, le chantier pour s’en débarrasser est immense et la population manque d’informations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.-  « L’amiante ? Je ne sais même pas de quoi tu parles », répond Marcelle, vaguement interloquée. Femme de ménage et habitante du Morro do Fubá, dans la zone nord de Rio de Janeiro, Marcelle n’est absolument pas au courant que le 29 novembre 2017, la production, la commercialisation et l’utilisation de l’amiante ont fini par être interdites au Brésil, après un combat de 32 ans.