Sur l'Europe, Hollande continue de bricoler

Par et

François Hollande a fini par se séparer, fin 2014, de son conseiller sur l'Europe, un « techno » relégué à Matignon... avant de le ré-intégrer comme « sherpa » pour les sommets bruxellois. Deux ans et demi après son élection, le chef de l'État tâtonne pour organiser le dispositif qui lui permettrait de peser à Bruxelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Hollande s'est séparé en fin d'année dernière de son principal conseiller sur l'Europe, « recasé » à Matignon. Ce dernier est tout de même parvenu à rester « sherpa » du chef d'État pour les sommets européens. Ce vrai-faux transfert peut paraître anecdotique. Mais il en dit long sur la manière dont Hollande continue de bricoler sur les sujets européens. « Depuis décembre, le flottement est général, s'inquiète un conseiller. On a perdu en cohérence et en intelligibilité, les services ne comprennent plus qui arbitre et c'est le retour des guéguerres entre les ministères. »