Vie et mort «présumée» d’un petit commis de la torture

Par

Le djihadiste Salim Benghalem aurait été tué dans des bombardements en Syrie. Premier Français à être inscrit sur la liste américaine des terroristes les plus dangereux de l’État islamique, il s’était révélé un fonctionnaire zélé de la torture. Le parcours de cet homme illustre, selon les services de renseignement, « les mutations du djihadisme français ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Salim Benghalem a rejoint la liste des djihadistes « présumés décédés » de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Selon France Info, qui a révélé l’information, ses proches en ont été informés, jeudi 10 mai, par une « personne de confiance » se trouvant sur place. Il serait mort en « novembre 2017 dans un bombardement du régime syrien », d’après ce contact qui leur aurait aussi montré une photo.