Imran Khan, un vieil espoir pour un nouveau Pakistan

Par

Une ancienne gloire du cricket va diriger un Pakistan dysfonctionnel. Il représente un nouveau départ, n’étant pas issu des deux partis traditionnels et familiaux, mais beaucoup le soupçonnent de n’être qu’une façade civile pour l’armée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Millionnaire, play-boy, champion de cricket et maintenant premier ministre d’un pays de plus de 200 millions d’habitants possédant la bombe nucléaire. Beaucoup d’hommes politiques se damneraient pour posséder un tel CV, digne d’un second rôle dans un film de James Bond. Pourtant, Imran Khan a mis 22 ans à parvenir à ses fins, et la victoire de son parti aux élections législatives qui se sont tenues le 25 juillet 2018 lui garantit surtout un lot d’ennuis considérables à la tête du gouvernement du Pakistan, un pays dysfonctionnel depuis sa création en 1947, lors de la partition de l’Inde.