Syrie: l’introuvable «grande coalition» de François Hollande

Par

La « grande et unique coalition », promise après les attentats par le président français, s’est pour l’instant transformée en une simple coordination entre Paris, Washington et Moscou. Au niveau européen aussi, les résultats sont encore bien maigres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, l’état d’urgence ; à l’étranger, la « grande et unique coalition » contre l’État islamique. C’est le programme que s’est fixé François Hollande au lendemain des attentats de Paris et de Saint-Denis. Après un marathon diplomatique d’une semaine, qui se poursuit avec la COP21, le bilan du président français est pour l’instant bien maigre : il doit se contenter de déclarations d’intention européennes et d’une simple coordination avec la Russie de Vladimir Poutine.