En Andalousie, une élection test pour les socialistes espagnols

Par

La région la plus peuplée d’Espagne se rend aux urnes le 2 décembre. Malgré des cas de corruption, les socialistes sont donnés favoris dans leur fief historique. Mais la formation d’un exécutif régional s’annonce difficile, dans un contexte d’instabilité à Madrid.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’instar des élections d’octobre 2018 en Bavière, qui ont accéléré le déclin d’Angela Merkel sur la scène allemande, les régionales anticipées qui se déroulent dimanche 2 décembre en Andalousie ont valeur de test politique majuscule. « Ici se joue le destin de l’Espagne », a lancé avec emphase Pablo Iglesias, le leader de Podemos, lors d’un meeting à Séville le 24 novembre. « Ce qui se joue en Andalousie, c’est ce qui peut se passer en Espagne » dans les mois à venir, a déclaré le 23 novembre Pablo Casado, le nouveau patron du Parti populaire (PP, droite).