Palestine: la mascarade du «plan Trump»

Par

Le plan de Donald Trump pour une « paix » israélo-palestinienne, dévoilé mardi 28 janvier, donne carte blanche à Benjamin Netanyahou pour imposer sa solution au Proche-Orient, au risque de provoquer une nouvelle intifada. Au risque aussi de créer un précédent dangereux à l’international, en validant l’annexion de fait d’un territoire conquis par la force. À Paris, le Quai d’Orsay a pourtant « salué » les efforts du président américain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas un plan de paix mais, comme prévu, un plan de liquidation de la question de la Palestine et des droits des Palestiniens que Donald Trump a fini par rendre public, mardi 28 janvier, à la Maison Blanche, aux côtés de son « grand ami » Benjamin « Bibi » Netanyahou. Destiné, selon ses promoteurs américains, à mettre un terme au conflit entre Israël et les Palestiniens, ce projet, baptisé « De la paix à la prospérité », attendu depuis près de trois ans, pourrait constituer, à sa façon, un tournant historique.