Au Maroc, l’historien Maati Monjib condamné à un an de prison ferme

Par et Rosa Moussaoui (L’Humanité)

L’historien et défenseur des droits humains marocain a été condamné à un an de prison ferme, sans aucune forme de procès. Il est depuis plusieurs années dans le collimateur du pouvoir monarchique. Il s’était confié avant son incarcération à Mediapart et L’Humanité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’historien et défenseur des droits humains marocain Maati Monjib a été condamné à un an de prison ferme pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », dans un jugement prononcé mercredi 27 janvier, par le tribunal de première instance de Rabat, lors d’une audience à laquelle ni lui ni ses avocats n’ont assisté. La stupeur a saisi ses soutiens qui, pour la plupart, ont appris la nouvelle sur la plateforme des services juridiques en ligne Mahakim.ma. « Nous n’avons jamais été notifiés que le verdict allait tomber, ni convoqués », explique l’un de ses conseils, Abdelaziz Nouidi.