En Syrie, les heurs et malheurs de la politique turque

Par

En dix ans, la politique syrienne de la Turquie est passée du « zéro problème » avec le régime de Damas à la tentative de renversement de son leader, Bachar al-Assad, puis à celle de mise sous tutelle du nord de la Syrie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie).– Début 2011, à la veille du déclenchement des manifestations contre le régime du président Bachar al-Assad, la Syrie est un peu la maison témoin de la nouvelle politique étrangère turque, installée pas à pas par le Parti de la justice et du développement (AKP) de Recep Tayyip Erdogan, depuis son arrivée au pouvoir, huit ans plus tôt.