Libye: Emmanuel Macron se veut chef d’orchestre de la réconciliation

Par

Les quatre principaux acteurs de la crise politique libyenne se sont engagés à des élections présidentielle et législatives le 10 décembre. Un pari inédit et ambitieux à l’initiative de Paris et sous l’égide de l’ONU.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est une image pour l’Histoire. » Une image « extraordinaire », « inouïe », « incroyable ». Chacun y va de son terme laudatif. Quatre dirigeants d’un riche pays pétrolier disloqué par sept ans de guerre et de chaos – qui ne se sont jamais parlé, jamais vus, parce qu’ils ne se reconnaissent pas mutuellement, chacun campant sur son pôle de pouvoir, qui à l’ouest, qui à l’est, les uns reconnus par la communauté internationale, les autres non ou officieusement – sont réunis pour la première fois autour de la même table.