Lobbying de Monsanto à Bruxelles: vers plus de transparence

Après la révélation d’un contrat de 14,5 millions d’euros liant Monsanto au cabinet FleishmanHillard pour faire campagne pour le glyphosate, l’UE s’engage à durcir les règles de son registre de transparence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une avancée modeste, qui souligne une nouvelle fois les failles béantes du registre de transparence au sein de l’Union européenne, cet inventaire où des milliers d’entreprises sont censées déclarer les sommes qu’elles investissent en lobbying à Bruxelles. « Censées déclarer », car beaucoup d’entre elles sont soupçonnées de sous-déclarer leurs efforts budgétaires en la matière, et le nombre de personnes qu’elles emploient réellement, faute d’un contrôle systématique de ces données.