Le FMI exclut de participer au plan de sauvetage grec, en l'état

Par

L’organisation internationale exige des pays européens, avant de s'engager, une restructuration importante de la dette grecque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’espoir de signer le 18 août un accord sur le troisième plan de sauvetage grec fond comme neige au soleil. Condamné par de nombreux économistes de toute obédience, qui le considèrent comme irréaliste, le plan de sauvetage, tel qu’il a été arrêté le 13 juillet par les responsables européens, est aussi vivement critiqué par le Fonds monétaire international (FMI). Celui-ci a indiqué que le conseil considérait que la Grèce ne pouvait être qualifiée à un nouveau plan d’aide, en raison du haut niveau d’endettement du pays.