Biélorussie: Loukachenko reprend en main l’appareil de répression

Par

Changement du ministre de l’intérieur, nouveaux représentants dans les régions, répression accrue pour empêcher les grèves de s’étendre : l’ex-président biélorusse n’a plus que la force face à une société qui rivalise d’ingéniosité et de solidarité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est un homme seul. Ses ministres ne s’expriment pas, son parti ou ses soutiens sont muets. Le Parlement a comme disparu. Alexandre Loukachenko est l’exclusive figure d’un régime biélorusse à la dérive qui ne peut plus compter que sur ses « structures de force », police, armée, services secrets et escadrons de miliciens opérant sans uniforme et, le plus souvent, visage masqué.