Steve Bannon en Europe: beaucoup d’esbroufe et peu de résultats

Par

Avec la création de « The Movement » en janvier 2017, l’ancien conseiller de Donald Trump voulait fédérer les droites dures du continent à l’approche des élections européennes. Près de deux ans plus tard, l’initiative du riche Américain est un échec.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a eu droit à une couverture médiatique impressionnante, des deux côtés de l’Atlantique. Depuis début 2018, il a fait le tour des capitales européennes pour créer « un nouveau mouvement populiste international ». Onze mois plus tard, l’initiative de l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, l’Américain Steve Bannon, ressemble à un gros bide. Un seul parti au pouvoir sur le continent européen s’est mis dans son orbite. Tous les autres courants qui, dans un premier temps, s’étaient montrés intéressés s’en sont détournés. Une enquête publiée par le Guardian le 21 novembre dernier révèle en outre l’incompatibilité, dans la plupart des cas, de son projet avec les législations nationales des États membres de l’UE.