La détention d’un prince saoudien milliardaire préoccupe l’Elysée

Par

Accusé de corruption, le richissime prince saoudien Al-Walid Ben Talal, propriétaire de l’hôtel George-V à Paris, est toujours détenu à Riyad. Associé à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) dans un fonds d’investissement saoudien, il avait été reçu discrètement début septembre par Emmanuel Macron à l'Élysée. Un conseiller du prince avait soutenu la campagne d’En Marche!.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 4 novembre, les portes du Ritz-Carlton de Riyad (Arabie saoudite) se sont fermées au passage de la voiture du prince Al-Walid Ben Talal. Le richissime homme d'affaires, notamment propriétaire de l'hôtel George-V à Paris et classé par Forbes 45e fortune mondiale, est depuis lors détenu dans le cinq-étoiles saoudien, sous le coup d’accusations de corruption. Près de trois cents personnes, onze princes, 38 ministres ou vice-ministres, hommes d’affaires, fonctionnaires, sont tombés dans le même traquenard : « Ils ont reçu une invitation à rencontrer le prince héritier ou le roi, et une fois sur le lieu du rendez-vous, on a dit à leurs chauffeurs de partir, et on les a accompagnés au Ritz-Carlton », raconte un homme d’affaires.