Procès des assassins de Khashoggi: le honteux silence de la France

Par

Qualifié de « parodie » de justice par la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions sommaires, le procès qui vient de s’achever à Riyad a débouché sur la condamnation à mort des hommes de main et la proclamation de l’innocence des commanditaires et des stratèges. Un verdict qui n’a pas empêché Paris de livrer, le même jour, trois navires de guerre à l’Arabie saoudite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 23 décembre, le procureur général d’Arabie saoudite a livré le verdict du procès, ouvert en janvier, des assassins de Jamal Khashoggi, tué et découpé à la scie le 2 octobre 2018 à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Sur les onze prévenus, cinq ont été condamnés à mort, trois ont reçu des peines de prison totalisant vingt-quatre ans et trois ont été acquittés.