Au Venezuela, «ceux qui doivent décider, ce sont les citoyens»

Par

Víctor Alvarez, ancien ministre d'Hugo Chavez, voit dans le référendum révocatoire l'unique solution pour sortir de la crise que traverse le pays. Selon lui, « l'obstination » de Maduro « à s'accrocher au pouvoir peut déboucher sur des bouleversements sociaux ». Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Caracas (Venezuela). - Les portes de sortie de la crise politique et économique qui secoue le Venezuela se referment les unes après les autres. Chaque déclaration du gouvernement chaviste, chaque prise de parole de l'opposition ravive les braises encore brûlantes du conflit. Dernier épisode du bras de fer : la marche de l'opposition qui a eu lieu mercredi 25 mai. L'opposant Henrique Capriles maintient la manifestation, alors que la seconde cour des contentieux administratifs a interdit les rassemblements aux abords du Conseil national électoral (CNE). Le gouverneur de l'État de Miranda compte faire une nouvelle fois pression sur ce conseil pour qu'il accélère la validation des signatures qui permettraient de « solliciter » un référendum révocatoire à l'encontre du président socialiste en place, Nicolas Maduro.