Après l’explosion, la jeunesse libanaise face au désir d’émigrer 

Par Nada Maucourant Atallah

La tragédie qui a frappé Beyrouth le 4 août a constitué le drame de trop pour beaucoup de jeunes Libanais. L’émigration de la jeunesse n’est certes pas un phénomène nouveau, mais la grave crise économique que traverse le Liban fait craindre une mutation profonde des structures sociales du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban).– « Notre futur au Liban nous a été confisqué. Depuis la tragédie, j’ai perdu espoir dans le changement. » Pour Mariam, 16 ans, la double explosion survenue au port de Beyrouth le 4 août, qui a fait plus de 180 morts, 6 000 blessés et 300 000 sans-abri, aura été le drame de trop.