Mogadiscio, la difficile reconstruction après 25 ans de chaos

Par Patricia Huon

Mogadiscio n’est plus sur la ligne de front, même si la menace terroriste d’Al-Shebab, affilié à Al-Qaïda, demeure. Des habitants de la capitale somalienne reprennent espoir. Des Somaliens de la diaspora reviennent pour reconstruire le pays. Fragile répit alors que la capitale croule sous l’afflux de réfugiés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mogadiscio (Somalie), correspondance. La vue à travers le hublot de l’avion qui descend sur Mogadiscio est idyllique. Le sable blanc des dunes contraste avec le bleu éclatant des eaux de l’océan Indien. Mais dès la sortie du terminal, au premier check-point protégé par des blocs de béton et des sacs de sable, la réalité se rappelle à ceux qui auraient oublié que la capitale somalienne reste l’une des villes les plus dangereuses au monde.