Analyses

  • « Indemnité inflation » : 100 euros pour ne pas toucher aux salaires

    Par
    Jean Castex au 20h de TF1 le 21 octobre © Ludovic MARIN / AFP Jean Castex au 20h de TF1 le 21 octobre © Ludovic MARIN / AFP

    Le premier ministre Jean Castex a annoncé le versement de 100 euros à tous les Français qui gagnent moins de 2 000 euros par mois pour compenser la hausse des prix. Une mesure qui répond aux priorités du président-candidat.

  • Déchets nucléaires : une question irrésolue

    Par
    Départ d'un train Castor transportant 6 conteneurs de déchets hautement radioactifs, à Nordenham, en Allemagne, le 3 novembre 2020. © Sina Schuldt/DPA/dpa Picture-Alliance via AFP Départ d'un train Castor transportant 6 conteneurs de déchets hautement radioactifs, à Nordenham, en Allemagne, le 3 novembre 2020. © Sina Schuldt/DPA/dpa Picture-Alliance via AFP

    Conseil européen sur l’énergie jeudi, fin de l’enquête publique sur le centre d’enfouissement Cigéo le 23 octobre, discours d’Emmanuel Macron sur le plan d’investissement « France 2030 » : les déchets sont l’angle mort des discours prônant la relance du nucléaire. Pourtant, aucun pays au monde, de la Chine à la Finlande, n’a trouvé de solution pérenne pour les gérer. 

  • Désobéir à l’Europe : la controverse reprend à gauche

    Par et
     © Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart © Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart

    La sortie d’Arnaud Montebourg, se félicitant de la décision de la Pologne de s’affranchir du droit européen, a relancé le débat, complexe et explosif à gauche, sur la désobéissance vis-à-vis des règles de l’Union européenne. Le consensus n’existe ni sur sa pertinence, ni sur ses modalités. 

  • La crise Paris-Alger signe l’échec de la diplomatie façon Emmanuel Macron

    Par
    Emmanuel Macron à son arrivée à l’aéroport d’Alger, le 6 décembre 2017. © Photo Ryad Kramdi / AFP Emmanuel Macron à son arrivée à l’aéroport d’Alger, le 6 décembre 2017. © Photo Ryad Kramdi / AFP

    Trompé par son aveuglement sur la réalité du régime, déçu de voir se dresser des obstacles imprévus face à sa volonté de tourner la page de la guerre, égaré par les conseils d’une cellule diplomatique omniprésente, le président vient d’ouvrir avec l’Algérie une crise diplomatique sans précédent, qui révèle les tares de sa gouvernance.

  • 17 octobre 1961 : Emmanuel Macron s’enfonce dans le déni

    Par
    Cérémonie sur le pont de Bezons, le 16 octobre. © Rafael Yaghobzadeh/Pool/AFP Cérémonie sur le pont de Bezons, le 16 octobre. © Rafael Yaghobzadeh/Pool/AFP

    Le président de la République a commémoré le massacre du 17 octobre 1961, en pointant la seule responsabilité du préfet de police Maurice Papon. Pour éviter de se mettre à dos les obsédés des questions identitaires, il n’a parlé ni de colonisation ni de violences policières. Et encore moins de « crime d’État ».

  • Anne Hidalgo : de la nuance à la vacuité

    Par
     © Photo Sébastien Calvet / Mediapart © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

    Candidate à la présidentielle sous les couleurs du Parti socialiste, la maire de Paris compte incarner un pôle modéré face à une gauche qu’elle juge radicale ou inconséquente. Mais faute de clarté dans ses propositions, sa propre identité politique demeure incertaine.

  • Le ruissellement voulu par Macron a été évalué : il profite bien aux plus riches

    Par
    Emmanuel Macron et Bernard Arnault Fondation à la fondation Louis Vuitton à Paris, le 21 septembre 2021. © Photo Yoan Valat / Pool / AFP Emmanuel Macron et Bernard Arnault Fondation à la fondation Louis Vuitton à Paris, le 21 septembre 2021. © Photo Yoan Valat / Pool / AFP

    Le troisième rapport d’évaluation de la réforme de la fiscalité du capital de 2018 n’a pas pu identifier d’effets économiques positifs, seulement une hausse gigantesque des dividendes versés aux ultra-riches. Le récit d’Emmanuel Macron s’effondre face à la réalité.

  • La présidentielle a peu à peu étouffé les législatives

    Par
     © Photo Sébastien Calvet / Mediapart © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

    Depuis 2002, le scrutin législatif est subordonné à la présidentielle. Modifier le calendrier électoral pourrait inciter les partis à (re)devenir des forces capables d’agréger des intérêts sociaux, plutôt que des véhicules d’ambitions personnelles. 

  • 2022 : les gauches anticipent leur défaite

    Par et
    A l'Assemblée nationale. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart A l'Assemblée nationale. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

    Anticipant un nouvel échec à la présidentielle, les formations classées à gauche misent leur survie sur les législatives. Ce scrutin pèsera sur leur recomposition. Mais il pourrait aussi influencer le cours de la campagne actuelle.

  • Avec « France 2030 », Emmanuel Macron investit dans sa campagne électorale

    Par
    Emmanuel Macron lors de la présentation de France 2030, le 12 octobre 2021 à l’Élysée. © Photo Ludovic Marin / Pool / AFP Emmanuel Macron lors de la présentation de France 2030, le 12 octobre 2021 à l’Élysée. © Photo Ludovic Marin / Pool / AFP

    En présentant un plan d’investissement en grande pompe et par un long discours, le président de la République a dabord dessiné les grandes lignes de son programme électoral. Un programme marqué par le conservatisme social et environnemental.