Analyses

  • Ceta, Mercosur: l’environnement passera toujours après le commerce

    Par et
    Le premier ministre canadien Justin Trudeau à Paris en 2015, à l'occasion de la COP21. © Reuters Le premier ministre canadien Justin Trudeau à Paris en 2015, à l'occasion de la COP21. © Reuters

    Les députés examinent mercredi l’accord UE-Canada. La majorité LREM soutient l’accord. Mais les arguments avancés – le respect de l’Accord de Paris et l’existence d’un vrai-faux « veto climatique » – masquent mal la réalité : le commerce international sans frein passera toujours avant les politiques climatiques et environnementales.

  • En Algérie: «On va gagner cette CAN, et ensuite notre liberté!»

    Par
    Manifestations de joie, dimanche soir à Alger, après la victoire en demi-finale de la CAN. © Reuters Manifestations de joie, dimanche soir à Alger, après la victoire en demi-finale de la CAN. © Reuters

    Football et politique sont étroitement liés en Algérie. À l’heure où le pays renoue avec son passé révolutionnaire, la qualification de l’équipe nationale en finale de la coupe d’Afrique des nations, après la victoire face au Nigeria, redonne du souffle collectif et ramène à l'élan d'émancipation des années 1950.

  • Le Qatar sous la menace de l’affaire du Mondial 2022

    Par

    Pour Doha, la Coupe du monde de football est un événement de portée stratégique. Mais le plus grand succès de la stratégie d’influence du Qatar par le sport est terni par la multiplication des affaires de corruption dans l’attribution des compétitions.

  • Mediapart, le Parlement et «le fantasme du coupeur de têtes»

    Par

    François de Rugy s’indigne : Mediapart, « journal militant », voudrait « couper des têtes » et « les faire rouler dans le caniveau ». Il se trompe lourdement. Depuis dix ans, toutes nos investigations sur le Parlement visent à renforcer les contrôles au sein d’institutions si opaques qu’elles suscitent une suspicion généralisée.

  • Le scandale Tapie tourne au fiasco judiciaire

    Par
    Bernard Tapie le 1er avril 2019 © Reuters / Benoit Tessier Bernard Tapie le 1er avril 2019 © Reuters / Benoit Tessier

    Le tribunal correctionnel de Paris a prononcé la relaxe de Bernard Tapie et des autres prévenus dans la célèbre affaire de l’arbitrage. La décision est polluée par de nombreuses incohérences car la justice pénale estime qu’il n’y a pas eu « fraude », alors que la procédure civile a établi exactement le contraire. De plus, Stéphane Richard n’est pas plus condamné, alors que Christine Lagarde l’a été pour des griefs voisins.

  • L’échec de Syriza illustre le défaut «d’organisation» de la gauche radicale

    Par
    Alexis Tsipras en 2018. © Reuters/Alkis Konstantinidis Alexis Tsipras en 2018. © Reuters/Alkis Konstantinidis

    La victoire de Syriza a ressuscité les espoirs des partisans d’une troisième voie entre les partis communistes épuisés et la social-démocratie ralliée à la gestion néolibérale. Mais Tsipras et ses alliés ont été absorbés par l’appareil d’État.

  • Municipale à Paris: LREM au défi d’un positionnement politique clair

    Par

    La commission nationale d’investiture de LREM pour les municipales auditionne mardi les candidats à la mairie de Paris. L’enjeu est central pour le parti majoritaire, mais l’espace politique demeure restreint face à Anne Hidalgo et aux écologistes.

  • Iran: les radicaux à la manœuvre

    Par
    Le président Hassan Rohani avait promis pendant sa campagne qu’il ne laisserait pas les filles se faire attaquer dans la rue © Reuters Le président Hassan Rohani avait promis pendant sa campagne qu’il ne laisserait pas les filles se faire attaquer dans la rue © Reuters

    La crise ouverte par Donald Trump a permis aux ultras de revenir en force. Les « pragmatiques » sont devenus invisibles. Les conservateurs voudraient négocier mais en secret. L’arraisonnement d’un tanker iranien par la marine britannique risque d’aggraver le conflit, comme la décision de Téhéran de passer à la deuxième phase de réduction de ses engagements nucléaires.

  • Les nuages s’accumulent sur la révolution algérienne

    Par Lofti Barkati
    Alger, vendredi 12 avril 2019. © Reuters Alger, vendredi 12 avril 2019. © Reuters

    Après quatre mois d’un immense soulèvement populaire, l’inquiétude est perceptible chez beaucoup d’acteurs de cette révolution pacifiste. Un retour en arrière semble impossible, mais les divisions des oppositions empêchent de formuler un vrai projet démocratique et laissent l’armée maître de l’agenda.

  • A Niamey, les chefs d’Etat africains inaugurent l’ère du libre-échange

    Par

    Le douzième sommet de l’Union africaine, qui s’ouvre jeudi 4 juillet à Niamey, va officiellement lancer une immense zone de libre-échange englobant les 54 États du continent, avec la création d’un marché unique pour les marchandises et les services. Des voix, minoritaires, dénoncent une « folie suicidaire ».