Analyses

  • La tyrannie des bouffons

    Par
    Donald Trump à la Maison Blanche, le 2 octobre 2019. © Reuters Donald Trump à la Maison Blanche, le 2 octobre 2019. © Reuters

    La pandémie de coronavirus a eu un effet de loupe sur une nouvelle forme de tyrannie qui se déploie à l’échelle de la planète. Elle ne cesse d’étendre son empire, aux États-Unis, au Brésil, aux Philippines, au Royaume-Uni, en Italie… En France, elle ne s’est pas encore incarnée dans une figure politique. Mais de nombreux Ubu se sentent pousser des ailes au point d’inquiéter l’Élysée.

  • Face au réveil de l’antiracisme, les gauches peinent à trouver leur place

    Par
    Une manifestante brandit une pancarte « I can t Breathe » Paris, France, 9 Juin 2020 © Edouard Monfrais / Hans Lucas via AFP Une manifestante brandit une pancarte « I can t Breathe » Paris, France, 9 Juin 2020 © Edouard Monfrais / Hans Lucas via AFP

    Sur fond de tensions entre associations antiracistes, la gauche tergiverse sur son engagement dans le soulèvement actuel. La fracture réapparaît entre les « universalistes » et ceux qui veulent sortir du « déni » de la composante raciale.

  • Violences policières: le silence bavard d’Emmanuel Macron

    Par
    Rassemblement parisien du samedi 6 juin. © AFP Rassemblement parisien du samedi 6 juin. © AFP

    Alors que les manifestations en hommage aux victimes des violences policières se multiplient, le président de la République refuse de s’exprimer sur le sujet, contrairement à un grand nombre de chefs d’État étrangers. Sous la pression, il s’est tout de même décidé à relancer un travail réclamé à son ministre de l’intérieur il y a six mois déjà. Christophe Castaner a tenu une conférence de presse lundi.

  • Libye: l’avant-dernière heure d’Haftar?

    Par
    Des Libyens réunis sur la place des Martyrs, à Tripoli, célèbrent le retrait des troupes du général Haftar, vendredi 5 juin. du © Hazem Turkia / Anadolu Agency via AFP Des Libyens réunis sur la place des Martyrs, à Tripoli, célèbrent le retrait des troupes du général Haftar, vendredi 5 juin. du © Hazem Turkia / Anadolu Agency via AFP

    Après l’échec de l’offensive du maréchal Khalifa Haftar contre la capitale libyenne, la Turquie, qui appuie le régime de Tripoli, et la Russie, qui soutient le maréchal rebelle, semblent estimer qu’il n’y a pas d’issue militaire au conflit libyen et que l’heure est venue de négocier.

  • Municipales: LREM tente de sauver les meubles en penchant vers la droite

    Par

    Dans des villes comme Strasbourg, Bordeaux et Tours, le parti majoritaire s'allie à la droite faute d'être dans la capacité de parler aux écologistes et à la gauche modérée. La République en marche continue de déplacer son centre de gravité.

  • Jean-Michel Blanquer, un ministre affaibli par la crise sanitaire

    Par et
     © AFP © AFP

    En première ligne pour gérer la crise sanitaire et la fermeture des établissements, le ministre de l’éducation nationale a multiplié les sorties hasardeuses et a été contredit par l’exécutif à de multiples reprises, ce qui a pu donner l'impression d’un manque de maîtrise de la situation. Récit de ces semaines mouvementées.

  • L’EI et Al-Qaïda s’affrontent désormais en Afrique de l’Ouest

    Par François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

    L’État islamique au Grand Sahara accuse la branche régionale d’Al-Qaïda de se retourner contre lui au moment où il est mobilisé pour repousser les assauts de l’opération Barkhane au Sahel. La fin d’une exception.

  • Après le meurtre de George Floyd, la semaine où tout a basculé aux Etats-Unis

    Par
    Manifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France Presse Manifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France Presse

    Le meurtre de George Floyd, un homme noir, commis par un policier de Minneapolis, a déclenché un mouvement de protestation déjà historique. Le pays redécouvre de façon spectaculaire l’ampleur de ses tensions sociales et raciales, exacerbées par un président incendiaire.

  • Emmanuel Macron soigne sa démagogie

    Par
    Le Président aime faire savoir qu'il s'entretient avec Philippe de Villiers, Patrick Sébastien, Jean-Marie Bigard, Didier Raoult... © photos AFP Le Président aime faire savoir qu'il s'entretient avec Philippe de Villiers, Patrick Sébastien, Jean-Marie Bigard, Didier Raoult... © photos AFP

    Craignant l’émergence d’une figure « antisystème », le président de la République tente de redorer son image en s’appuyant sur des personnalités plébiscitées par les réseaux sociaux. Créant de la confusion au plus haut niveau de l’État, cette stratégie légitime les discours extrêmes.

  • Gérard Collomb à Lyon: le récit d'une ultime volte-face

    Par Nicolas Barriquand et Mathieu Périsse (Médiacités)
    Les nouveaux amis réunis. © MP Les nouveaux amis réunis. © MP

    Le maire de Lyon a scellé jeudi une alliance avec Les Républicains. Après dix-neuf ans de règne, il se range derrière le candidat François-Noël Buffet pour l’élection métropolitaine et obtient, pour la mairie de Lyon, le désistement d’Étienne Blanc, au profit de Yann Cucherat.