Analyses

  • La confirmation de Kavanaugh, triomphe pour Trump à l'approche des «mid-terms»

    Par
    Une manifestante anti-Kavanaugh, devant le sénat des Etats-Unis, le 6 octobre 2018 à Washington © Reuters / Carlos Barria. Une manifestante anti-Kavanaugh, devant le sénat des Etats-Unis, le 6 octobre 2018 à Washington © Reuters / Carlos Barria.

    Brett Kavanaugh, le juge conservateur accusé d'agression sexuelle par plusieurs femmes, a remporté samedi 6 octobre le vote du sénat et va donc entrer à la Cour suprême. Une partie du pays est révulsée. L'autre a ce qu'elle voulait: un ultra, susceptible de faire basculer la Cour suprême à droite pour des années. À un mois des élections de mi-mandat, la guerre culturelle entre les deux Amériques est totale.

  • Bolsonaro n’est pas un «Trump brésilien»

    Par Nicolas Lebourg
    Supporteurs de Jair Bolsonaro à São Paulo, le 30 septembre 2018. © REUTERS/Paulo Whitaker Supporteurs de Jair Bolsonaro à São Paulo, le 30 septembre 2018. © REUTERS/Paulo Whitaker

    Vue d’Europe, l’extrême droite latino-américaine a souvent été perçue comme une vulgaire affaire de képis et de matraques au service des États-Unis. Au Brésil, où Jair Bolsonaro est donné en tête du premier tour de la présidentielle dimanche, ce sont plutôt les rapprochements avec les extrêmes droites européennes qui semblent pertinents.

  • Les gauches toujours dans le piège de la Ve République

    Par

    De la France insoumise au PS, plus personne ne veut d’une Ve République jugée à bout de souffle. Mais il reste à résoudre cet insoluble paradoxe : pour espérer changer les institutions, il faut d’abord conquérir le pouvoir, et donc s’y conformer.

  • Formation, santé, pauvreté… A grands plans, petits moyens

    Par et
    Emmanuel Macron lors de la présentation du plan pauvreté, le 13 septembre 2018. © Reuters Emmanuel Macron lors de la présentation du plan pauvreté, le 13 septembre 2018. © Reuters

    Les trois grands plans du quinquennat sur la formation, la santé et la lutte contre la pauvreté, ont tous fait l’objet d’annonces budgétaires ambitieuses. Mais dans le projet de budget 2019, les milliards d’euros promis sont loin d’être présents. Au mieux, on prend dans une poche pour remplir l’autre.

  • Crise de 2008: la vraie facture laissée par les banques à la France

    Par

    Les banques estiment qu’elles n’ont pas coûté un euro aux finances publiques lors de la crise financière de 2008. Dix ans après, cet argument ne semble plus tenir et la facture totale des erreurs des banques s’annonce très lourde.

  • Psychiatrie française: «La honte est quotidienne»

     © Mediapart © Mediapart

    Les mobilisations se multiplient dans les unités de soins psychiatriques. Débat sur la nature du problème et les solutions possibles. 

  • La «démocratie illibérale», une notion trompeuse

    Par
    Fareed Zakaria Fareed Zakaria

    Emmanuel Macron est parti en croisade contre les démocraties « illibérales ». D’où vient ce terme, et veut-il vraiment dire quelque chose ? Souvent employé abusivement, il pourrait euphémiser des dérives tout simplement autoritaires, et masquer celles qui gagnent aussi les démocraties dites « libérales ».

  • Espionnage: Theresa May trop timide face à la menace russe

    Par
    Des policiers devant l’hôtel londonien où ont séjourné Alexander Petrov et Ruslan Boshirov, accusés d’avoir essayé de tuer l’ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille, le 5 septembre 2018. © Reuters. Des policiers devant l’hôtel londonien où ont séjourné Alexander Petrov et Ruslan Boshirov, accusés d’avoir essayé de tuer l’ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille, le 5 septembre 2018. © Reuters.

    Après l’attaque au Novitchok contre Sergueï et Ioulia Skripal, la première ministre britannique s’était engagée à faire preuve de la plus grande des fermetés face à Moscou. Mais, six mois plus tard, Theresa May, qui se trouve jusqu’à mercredi au cœur du congrès conservateur de Birmingham, ne semble pas avoir pris la pleine mesure de la menace que fait peser la Russie sur la sécurité du pays.

  • Europe: les périls de la rhétorique des blocs de Macron

    Par
    Emmanuel Macron (à gauche) et Viktor Orbán, le président hongrois, lors du sommet informel de Salzbourg en Autriche, le 20 septembre 2018. © Reuters/Lisi Niesner Emmanuel Macron (à gauche) et Viktor Orbán, le président hongrois, lors du sommet informel de Salzbourg en Autriche, le 20 septembre 2018. © Reuters/Lisi Niesner

    Démocraties « libérales » contre régimes « illibéraux », « progressistes » contre « populistes » : la ligne de partage tracée par Emmanuel Macron pour structurer la politique européenne avant les élections de mai 2019 est trop simpliste pour être pertinente. Premier volet d’une série d’articles consacrés à cette grille d’analyse, qui masque les alternatives à l’Europe néolibérale d’aujourd'hui.

  • Avec son budget 2019, l’Italie met l’Europe au défi

    Par
    Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Ligue). © Reuters Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Ligue). © Reuters

    Hausse du déficit budgétaire, relance de la dépense et de l’investissement public, revenu de citoyenneté : pour son budget 2019, la coalition gouvernementale a décidé de contester les règles économiques européennes. La façon dont Bruxelles va gérer la crise avec Rome est lourde de conséquences pour toute l’Europe.