• Avec la «monnaie commune», le FN en pleine confusion

    Par Romaric Godin
    capture-d-e-cran-2017-05-03-a-13-42-12

    Marine Le Pen ne veut plus effrayer avec une éventuelle sortie de l'euro et reprend à présent, avec son nouvel allié Nicolas Dupont-Aignan, une évolution vers une « monnaie commune » qu'elle identifie à l'ancienne « ECU ». Cette confusion cache des idées fondamentalement floues et imprécises qui visent à satisfaire les exigences contradictoires de l'électorat frontiste. 

  • Le parlement brésilien mène l'offensive pour accaparer l'Amazonie

    Par Jean-Mathieu Albertini

    Selon les défenseurs de l'environnement, qui tirent la sonnette d'alarme, la région vit sous la menace de projets de loi destructeurs pour les réserves naturelles et territoires indigènes : au Parlement, les défenseurs du lobby de l'agriculture constituent une force à laquelle le président par intérim, Michel Temer, ne peut rien refuser. 

  • Face à Macron, Le Pen et la désinformation massive

    Le décor du débat de l'entre-deux-tours. Il sera animé par les journalistes Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) © Reuters Le décor du débat de l'entre-deux-tours. Il sera animé par les journalistes Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) © Reuters

    Le débat de ce mercredi 3 mai entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la candidate d'extrême droite, est inédit. Marine Le Pen n'hésitera pas à utiliser les outrances rhétoriques qu'elle a héritées de son père. Emmanuel Macron, lui, promet un « corps à corps ». Il serait bien inspiré de méditer les leçons du match Trump-Clinton…

  • Patriotismes, nationalismes et 1er Mai

    Par Nicolas Lebourg
    Marine Le Pen avec Nicolas Dupont-Aignan, lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er mai 2017. © Reuters Marine Le Pen avec Nicolas Dupont-Aignan, lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er mai 2017. © Reuters


    Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron, lequel affirme que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes », tandis que les manifestants scandaient lundi 1er mai « Marianne, pas Marine ». Se retrouve là l'expression antagonique de deux nationalismes qui ont traversé l'histoire de France.

  • Macron sème de petits cailloux en vue du second tour

    Par Mathieu Magnaudeix
    "Marseillaise" à la fin du meeting de la Villette, lundi 1er mai © Reuters "Marseillaise" à la fin du meeting de la Villette, lundi 1er mai © Reuters
    À six jours du second tour, Emmanuel Macron tente de convaincre les indécis en leur donnant enfin quelques gages. Mais son principal argument reste la possibilité d'une victoire de l'extrême droite dimanche 7 mai.
  • Face au FN, l’équation impossible de Christian Estrosi

    Par Ellen Salvi
     © Reuters © Reuters

    Figure de la « droite décomplexée », Christian Estrosi veut aujourd’hui s’imposer comme le héraut de la bataille contre l’extrême droite. Une posture qui ne laisse pas d’étonner tous ceux qui ont suivi son cheminement politique, de Jacques Médecin qui disait partager les thèses du FN « à 99,9 % », à Nicolas Sarkozy qui en a repris les mots et les idées.

  • Qui veut la guerre en Macédoine?

    Le leader de SDSM Zoran Zaev à la sortie du Parlement à Skopje, le 27 avril 2017. © Reuters Le leader de SDSM Zoran Zaev à la sortie du Parlement à Skopje, le 27 avril 2017. © Reuters

    Jeudi après-midi, des gros bras du parti nationaliste se sont introduits dans le Parlement macédonien. Une centaine de personnes a été blessée, dont dix députés, avant que les unités spéciales de la police n’évacuent le bâtiment. Après des mois de crise politique, la Macédoine va-t-elle sombrer dans la guerre civile, au risque d’entraîner tous les Balkans ?

  • Cent jours de résistance à Donald Trump

    Par Philippe Coste

    Depuis trois mois, l’élection de Donald Trump a repolitisé l’Amérique. Les électeurs démocrates, loin de leur parti vermoulu, se mobilisent en des milliers de groupes d’intervention pour « résister » aux coups de force du 45e président et inventent de nouvelles formes d’action. Premier objectif : battre les républicains au Congrès en 2018 et attaquer en justice les mesures Trump.

  • Macron reste gêné par son double

    Par Mathieu Magnaudeix
    Emmanuel Macron à la CCI d'Amiens, le 26 avril © Nicolas Serve / Hans Lucas Emmanuel Macron à la CCI d'Amiens, le 26 avril © Nicolas Serve / Hans Lucas

    Dans ses appels à l’unité face au Front national, le candidat d’En Marche! est handicapé par son CV, son image et son projet qui rebute certains à gauche et à droite. Il tente de donner quelques gages à ceux qui n’ont pas voté pour lui. Mais, sur le fond, il garde sa ligne et veut hâter, s’il est élu, une « recomposition » politique après la présidentielle.


  • En Egypte, Sissi bataille pour le contrôle du discours religieux

    Par heba younes

    Le pape François se rend en visite officielle au Caire à partir de ce vendredi 28 avril pour relancer le dialogue islamo-chrétien, dans un pays où le débat sur la réforme du discours religieux et la lutte contre les idées extrémistes est devenu un terrain de tensions entre le pouvoir et la principale autorité religieuse du pays, l'université al-Azhar.