Analyses

  • Projet de loi Notre-Dame: un hochet pour la vanité présidentielle

    Par
    Emmanuel Macron, le soir de l’incendie de Notre-Dame de Paris. © Reuters Emmanuel Macron, le soir de l’incendie de Notre-Dame de Paris. © Reuters

    Le projet de loi d’urgence pour la reconstruction de Notre-Dame arrive devant le Sénat après avoir été adopté à l’Assemblée nationale en première lecture. La cohérence de ce texte le fait apparaître surtout comme un tremplin pour la vanité du chef de l’État, au détriment de toutes les règles et de toutes les prudences.

  • Le sud-est européen sur la voie de l’«orbanisation»

    Par Simon Rico et Philippe Bertinchamps
    Le premier ministre croate Andrej Plenković avec Angela Merkel et le chef de file du PPE Manfred Weber, samedi 18 mai à Zagreb. © Reuters Le premier ministre croate Andrej Plenković avec Angela Merkel et le chef de file du PPE Manfred Weber, samedi 18 mai à Zagreb. © Reuters

    En pleines élections européennes, les droites des pays des Balkans sont écartelées entre des courants modérés europhiles et une lame de fond ultraconservatrice. Courtisés à la fois par Viktor Orbán et par Angela Merkel, les États membres de l’UE sont devenus des pions essentiels pour la grande famille de la droite européenne, le PPE.

  • EELV: retour sur une campagne compliquée

    Par
    Yannick Jadot, décembre 2018. © Reuters Yannick Jadot, décembre 2018. © Reuters

    À la veille du scrutin européen, EELV espère encore prendre la tête de l’opposition à la droite macroniste et à l’extrême droite. Mais pendant la campagne, le parti écologiste n’a pas réussi à se distinguer dans la profusion de candidatures d’une gauche largement « écologisée ».

  • Mario Draghi, l’homme qui a tenu à bout de bras l’euro

    Par
    Mario Draghi, président de la BCE, Antonio Tajani, président du Parlement européen, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, pour le vingtième anniversaire du lancement de l'euro, en janvier 2019. © Reuters Mario Draghi, président de la BCE, Antonio Tajani, président du Parlement européen, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, pour le vingtième anniversaire du lancement de l'euro, en janvier 2019. © Reuters

    Le président de la BCE achève son mandat en octobre. La bataille fait rage entre Paris et Berlin pour imposer son successeur. Mais personne ne s’inquiète de la politique qu’il faudrait conduire à l’avenir. La « magie » Draghi laisse une zone euro fragilisée.

  • Assange inculpé pour espionnage, danger majeur pour la liberté d’informer

    Par
    Julian Assange à Londres, le 1er mai, jour de sa condamnation à 50 semaines de prison. © Reuters Julian Assange à Londres, le 1er mai, jour de sa condamnation à 50 semaines de prison. © Reuters

    Le département de la justice américain vient de révéler 17 nouvelles charges contre Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks est inculpé au nom de la loi sur l’espionnage de 1917. Aux États-Unis, pays du sacro-saint premier amendement, jamais un éditeur n’avait été poursuivi pour ces motifs. Il s’agit d’une attaque en règle de l’administration Trump contre la liberté d’informer.

  • A gauche de la gauche, le débat sur la rupture du «carcan» européen est toujours d’actualité

    Par
    venturaetcie-un-500x750

    Même si l’hypothèse d’une rupture avec l’intégration européenne a été mise en sourdine pendant la campagne électorale, le débat continue parmi les intellectuels de la gauche critique.

  • Un procureur contre l’information, un pouvoir contre le journalisme

    Par
    Rémy Heitz, le procureur de Paris, le 12 décembre 2018. © Reuters Rémy Heitz, le procureur de Paris, le 12 décembre 2018. © Reuters

    Une journaliste du Monde est convoquée comme suspecte par la DGSI en marge de l’affaire Benalla. Cela fait suite à la tentative de perquisition de Mediapart dans le même dossier et aux auditions comme suspects de journalistes dans le dossier des armes françaises au Yémen. À chaque fois, les enquêtes sont dirigées par le même homme : le procureur Rémy Heitz.

  • Salaires: comment les gilets jaunes ont court-circuité les négociations collectives

    Par Collectif Quantité Critique
    capture-d-e-cran-2019-05-21-a-16-40-34

    Si l’on a beaucoup insisté sur la distance du mouvement des « gilets jaunes » vis-à-vis des syndicats, il semble que ce soit tout le système de négociation de l'entreprise qui s’est trouvé débordé par des salariés qui ne voient pas forcément le petit patron comme un adversaire. Rémunération, conditions de travail et sens du travail, les gilets jaunes ont porté ces questions en dehors des murs de l’entreprise, rappelant l’État à son rôle d’arbitre.

  • Le match installé par Macron a asséché la campagne des européennes

    Par
    Nathalie Loiseau et Jordan Bardella. © Reuters Nathalie Loiseau et Jordan Bardella. © Reuters

    Le clivage entre « progressistes » et « nationalistes » mis en place par le président de la République a réduit la campagne des européennes à une course de petits chevaux, rythmée par les sondages. Aucune force politique n’est parvenue à en sortir.

  • Les raisons de l’impunité à l’université

    Par
    Au rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles organisé en mars 2019 devant Paris-Diderot. © Rémi Yang / StreetPress Au rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles organisé en mars 2019 devant Paris-Diderot. © Rémi Yang / StreetPress

    L’enseignement supérieur et la recherche ont longtemps été considérés comme des lieux où les violences sexistes et sexuelles étaient monnaie courante, et rarement punies. En cause : la relation prof/étudiant et les failles des procédures disciplinaires. La mobilisation de différents acteurs fait progressivement bouger les lignes.