Analyses

  • Iran: Rohani est pris en étau

    Par
    Le président iranien, lors de l'assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2017 © Reuters Le président iranien, lors de l'assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2017 © Reuters

    Les manifestations contre le régime sont moins nombreuses mais une autre menace guette le président iranien, celle des ultras, qui entendent tirer profit de son discrédit. Paradoxe : les ennemis de la République islamique et les factions radicales se retrouvent ensemble pour dénoncer Hassan Rohani, au risque pour les seconds de fragiliser l’ensemble du régime.

  • Les racines économiques de la contestation en Iran

    Par

    Les revendications économiques sont au cœur de la contestation contre le régime iranien. Pourtant, la croissance est revenue et l’inflation s’est réduite. Mais le paradoxe n’est qu’apparent…

  • Pourquoi le chômage est au plus bas en Allemagne

    Par

    Avec un taux de chômage corrigé de 5,5 % en décembre, l’Allemagne affiche un niveau jamais atteint depuis 37 ans. Mais la structure du marché du travail est très particulière et le miracle a ses revers…

  • Un livre choc provoque la rupture entre Trump et Bannon

    Par
    trump2

    2018 commence à peine, et c’est à nouveau le chaos autour de Donald Trump. Un livre explosif raconte sa présidence erratique. Trump rompt en direct avec son âme damnée Steve Bannon. Les supposées malversations financières du clan présidentiel, cible probable de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, interrogent. Le tout à 11 mois des élections de mi-mandat.

  • Politique migratoire: le musée des horreurs français

    Par
    Un migrant soudanais empêché d’accéder au port de Ouistreham, le 30 octobre 2017. © Reuters Un migrant soudanais empêché d’accéder au port de Ouistreham, le 30 octobre 2017. © Reuters

    La politique migratoire menée par Emmanuel Macron est-elle la « pire » qu’ait connue la France depuis la Seconde Guerre mondiale ? Un retour en arrière montre qu’elle ne surgit pas de nulle part, mais s’inscrit au contraire dans un durcissement continu qui s’est accéléré au début des années 2000 avec l’arrivée place Beauvau de Nicolas Sarkozy.

  • Iran: naissance d’une «troisième force»

    Par
    Manifestation à Téhéran (Iran), le 30 décembre 2017. © Reuters (image extraite des réseaux sociaux) Manifestation à Téhéran (Iran), le 30 décembre 2017. © Reuters (image extraite des réseaux sociaux)

    L’agitation se poursuit en Iran, gagne de nouvelles villes et prend une coloration très anti-religieuse. Contrairement à 2009, « c’est vraiment le peuple qui est dans la rue », notent les observateurs. Le clivage réformateurs-radicaux est dépassé. On compte une vingtaine de morts et des milliers d’arrestations.

  • Le gouvernement sur le terrain glissant de la réforme de l’Etat

    Par
    Évolution de la dépense publique par fonction © France Stratégie Évolution de la dépense publique par fonction © France Stratégie

    Le gouvernement engage une réflexion sur la réforme de l’action publique afin d’en réduire la dépense, sans tenir compte de la réalité de cette dépense, estimée par plusieurs études dans « la moyenne des pays développés »

  • Une fronde séparatiste déstabilise le Cameroun anglophone

    Par

    Les forces de sécurité du Cameroun sont visées depuis plusieurs semaines par des attaques armées de groupes séparatistes dans les deux régions anglophones du pays. Ce nouveau conflit intervient alors que le président Paul Biya est au pouvoir depuis trente-cinq ans.

  • Le gouvernement va durcir le contrôle des chômeurs

    Par

    Selon Le Canard enchaîné, un document de travail du gouvernement préconise de durcir les sanctions à l'égard des chômeurs qui ne chercheraient pas de travail assez activement. De quoi enflammer le débat sur la réforme à venir de l’assurance-chômage.

  • Russie: le scénario sans surprise d’une élection verrouillée

    Par

    La commission électorale russe a statué le 25 décembre sur le sort d’Alexeï Navalny : le principal opposant à Poutine ne pourra pas candidater à la présidentielle prévue en mars. Une décision très révélatrice du système qui gouverne aujourd’hui la Russie.