Du massacre au référendum, 30 ans de mutation en Nouvelle-Calédonie

Par MEHDI Lallaoui

«Kanaky-Nouvelle-Calédonie. La métamorphose du Caillou» a été tourné pendant la campagne du référendum d'autodétermination qui aura lieu le 4 novembre. Trente ans après la tuerie de la grotte d'Ouvéa et les accords de Matignon, dans un pays apaisé, Kanak et Calédoniens confient leurs doutes et certitudes. 53 minutes pour comprendre les enjeux du scrutin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aujourd’hui, en Nouvelle-Calédonie, tous les édifices publics ont deux, voire trois drapeaux : celui de la Kanaky, celui de la France et parfois aussi celui de l’Europe. « Il y a trente ans, c’était Nouméa la Blanche. Aujourd’hui, c’est une ville monde métissée, souligne le réalisateur. Aujourd’hui, les gens se parlent. Ils se disputent aussi, mais ils se parlent et se respectent. »