Du massacre au référendum, 30 ans de mutation en Nouvelle-Calédonie

Par MEHDI Lallaoui

«Kanaky-Nouvelle-Calédonie. La métamorphose du Caillou» a été tourné pendant la campagne du référendum d'autodétermination qui aura lieu le 4 novembre. Trente ans après la tuerie de la grotte d'Ouvéa et les accords de Matignon, dans un pays apaisé, Kanak et Calédoniens confient leurs doutes et certitudes. 53 minutes pour comprendre les enjeux du scrutin.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Aujourd’hui, en Nouvelle-Calédonie, tous les édifices publics ont deux, voire trois drapeaux : celui de la Kanaky, celui de la France et parfois aussi celui de l’Europe. « Il y a trente ans, c’était Nouméa la Blanche. Aujourd’hui, c’est une ville monde métissée, souligne le réalisateur. Aujourd’hui, les gens se parlent. Ils se disputent aussi, mais ils se parlent et se respectent. »

Mehdi Lallaoui suit depuis trente ans la Nouvelle-Calédonie. On peut revoir sur Mediapart son Retour à Ouvéa, en forme d'enquête sur un massacre ou son portrait de Jean-Marie Tjibaou, le Kanak qui rêvait d’indépendance, ou encore son film sur la première insurrection kanak à la fin du XIXe siècle, Le Retour d’Ataï, symbole de la violence coloniale en Nouvelle-Calédonie.

En cette année marquée par le référendum d'autodétermination, et alors qu'une génération est née et a grandi depuis les événements d'Ouvéa, Mehdi Lallaoui a arpenté la Nouvelle-Calédonie pour saisir les enjeux économiques, sociaux et politiques de ce scrutin. Au plus près des souvenirs et de la vie de chacun.

Kanaky-Nouvelle-Calédonie, la métamorphose du caillou, 52 min, France, 2018 // Réalisation : Mehdi Lallaoui // Images: René Molé // Son: Loic Ménard et Pierre Trojani // Montage: Fabien Laubry // Commentaire: Zina Berrahal // Production : Mémoires vives & France Télévisions Nouvelle-Calédonie 1ère

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale