Du massacre au référendum, 30 ans de mutation en Nouvelle-Calédonie

«Kanaky-Nouvelle-Calédonie. La métamorphose du Caillou» a été tourné pendant la campagne du référendum d'autodétermination qui aura lieu le 4 novembre. Trente ans après la tuerie de la grotte d'Ouvéa et les accords de Matignon, dans un pays apaisé, Kanak et Calédoniens confient leurs doutes et certitudes. 53 minutes pour comprendre les enjeux du scrutin.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

MEHDI Lallaoui

12 octobre 2018 à 13h25

Aujourd’hui, en Nouvelle-Calédonie, tous les édifices publics ont deux, voire trois drapeaux : celui de la Kanaky, celui de la France et parfois aussi celui de l’Europe. « Il y a trente ans, c’était Nouméa la Blanche. Aujourd’hui, c’est une ville monde métissée, souligne le réalisateur. Aujourd’hui, les gens se parlent. Ils se disputent aussi, mais ils se parlent et se respectent. »

Mehdi Lallaoui suit depuis trente ans la Nouvelle-Calédonie. On peut revoir sur Mediapart son Retour à Ouvéa, en forme d'enquête sur un massacre ou son portrait de Jean-Marie Tjibaou, le Kanak qui rêvait d’indépendance, ou encore son film sur la première insurrection kanak à la fin du XIXe siècle, Le Retour d’Ataï, symbole de la violence coloniale en Nouvelle-Calédonie.

En cette année marquée par le référendum d'autodétermination, et alors qu'une génération est née et a grandi depuis les événements d'Ouvéa, Mehdi Lallaoui a arpenté la Nouvelle-Calédonie pour saisir les enjeux économiques, sociaux et politiques de ce scrutin. Au plus près des souvenirs et de la vie de chacun.

Kanaky-Nouvelle-Calédonie, la métamorphose du caillou, 52 min, France, 2018 // Réalisation : Mehdi Lallaoui // Images: René Molé // Son: Loic Ménard et Pierre Trojani // Montage: Fabien Laubry // Commentaire: Zina Berrahal // Production : Mémoires vives & France Télévisions Nouvelle-Calédonie 1ère


Nos derniers documentaires

À la Une de Mediapart

Santé — Reportage
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Syndicats
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Social
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Social — Reportage
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne