La loge

Par

Cybèle, Manuela, Elisabeth, Mariela, Abder, Marie-José, Paula, tous sont membres d'une espèce en voie de disparition: les concierges. Cette installation photographique et sonore leur rend délicieusement hommage : une photo d'abord, où il faut, comme dans un jeu, chercher leur présence ; un son ensuite, enregistrement de conversation où ils racontent les co-propriétaires, les locataires, la famille, l'origine, et même... Karl Lagerfeld. Admirez les immeubles, trouvez le gardien, et écoutez.   

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Manuela. Elle travaille ici depuis 14 ans. Sa journée commence à 8 heures, mais Manuela « est disponible même à 21h ». Logée, elle gagne 1 000 euros par mois, « mais il y a l'électricité, le téléphone...» à payer, et il faut être deux pour vivre. « Souvent dans les loges, ils ne veulent pas d'enfant. Mais s'ils prennent un jeune couple, faut pas rêver! » Pour avoir le poste, Manuela a dit qu'elle avait « qu'un seul enfant », du coup, ses deux petits ont été irréprochables : « ils n'ont jamais joué dans la cour, même avec une balle en mousse !»

    Ecoutez Manuela, 7 min 33

    • La Loge a été exposée en juin 2012 à l'École Nationale Supérieure Louis-Lumière (La Plaine Saint Denis, 93) et en avril 2013 à la Galerie du Moulin du Roc (Niort, 79), lors des 19e Rencontres de la Jeune Photographie Internationale. L'exposition se compose de 7 tirages contrecollés sur dibond, de 90 x60 cm, encadrés dans des caisses américaines noires. Les enceintes diffusant le son sont dans les caisses américaines.

Voir tous les portfolios