A Mayotte, un face-à-face explosif

Il y a un peu plus d’un an, le 30 mars 2016, à Mayotte, une grève générale, suivie d’une révolte (notamment des jeunes), mettait le 101e département français au bord de la guerre civile. La métropole envoya des renforts de forces de l’ordre pour maîtriser une population exaspérée de ne pas avoir les mêmes droits qu’en métropole. Pour La France VUE D’ICI, Paul Arnaud était sur l’île quelques semaines auparavant (entre le 4 février et le 17 mars). La tension y était déjà très palpable. Paul Arnaud l’a saisie, posant son regard à la fois sur les métropolitains barricadés et sur les Mahorais abandonnés. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Jeux d’eau côté Mahorais. À Mayotte, l’âge moyen est de 22 ans et on estime que 40 % de la population a moins de 15 ans. Bon nombre de ces jeunes sont déscolarisés et livrés à eux-mêmes.

Voir tous les portfolios