François Burgat: «La violence dite islamique ne vient pas de l’islam»

Par

Le deuxième entretien de notre série sur l’islam se focalise sur les politiques, démocratiques ou djihadistes, pratiquées au nom de l’islam. François Burgat y voit une dimension moins « sacrée » qu’endogène et culturelle, au sens où elle est, avant tout, le fruit d’une histoire coloniale qui fait aujourd’hui retour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Burgat est directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) et coordinateur du projet européen When Authoritarianism Fails in the Arab Wold (WAFAW). Derrière ces titres et fonctions académiques se trouve l’un des rares chercheurs ayant travaillé aussi longtemps sur autant de terrains du monde arabe : Libye, Algérie, Yémen, Palestine, Égypte, Liban, Syrie…