Court métrage. «Peine commune», petits mensonges en famille

Par Mediapart & Le Festival Cinéma(s) D'Iran

Quatrième des cinq courts métrages iraniens que nous vous proposons à l’occasion de la 4e édition du festival Cinéma(s) d’Iran. Durant les 22 minutes du film d'Hasti Mohamai, se croisent une belle-mère acariâtre, un garagiste baraqué et un enfant apeuré autour d'une histoire de portable cassé. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du cinéma iranien, on connaît ici les grands noms tels Abbas Kiarostami, Marjane Satrapi, Jafar Panahi ou encore Asghar Farhadi, auteur d'Une séparation (sorti en 2011) et qui vient d'être primé à Cannes pour Le Client. Dans ce pays qui vit un moment charnière depuis l'accord nucléaire de juillet 2015 et la fin des sanctions européennes, plus de 140 longs métrages ont pourtant été inscrits en 2016 au festival Fajr de Téhéran, grand rendez-vous de la production iranienne. C'est pour révéler toute la richesse formelle et narrative de ce cinéma que le festival Cinéma(s) d’Iran a été créé à Paris en 2013. Sa quatrième édition, qui met l'accent sur la comédie, se tient jusqu'au 7 juin au Nouvel Odéon à Paris et, à cette occasion, nous vous proposons une série de cinq courts métrages iraniens.