Dans la gueule de l’ours

Par et

Dans Croire aux fauves, l’anthropologue Nastassja Martin fait le récit saisissant de sa rencontre avec un ours. Ou comment un combat sanglant peut devenir un échange et faire imploser les frontières entre les mondes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On ne vit pas seul, et on ne partage pas impunément la vie des autres. Nastassja Martin, dans Croire aux fauves (éditions Verticales) ne se contente pas de l’affirmer, elle le prouve. Anthropologue, elle a passé plusieurs années auprès des Évènes, en Sibérie. Là-bas, au fin fond du bout du monde, elle a fait une rencontre qui aurait pu – qui aurait dû – lui être fatale : celle d’un ours. L’ours la mord au visage et à la jambe, elle lui donne un coup de piolet, elle survit. Quatre ans plus tard, elle relate les multiples opérations, sa convalescence, le temps passé parmi les Évènes, son retour auprès d’eux après l’accident.