Atiq Rahimi : « Il faut ouvrir les frontières, accueillir les Afghans »

Prix Goncourt, l’écrivain franco-afghan s’est démené pour « faire sortir » des Afghans menacés par les talibans. Il appelle la France et l’Europe à faire davantage.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Prix Goncourt en 2008, exilé en France dans les années 1980, l’écrivain Atiq Rahimi revient sur la prise de pouvoir des talibans dans son pays. Il dit sa grande inquiétude. « L’Afghanistan va devenir un pays sans culture, sans pensée, sans racines. »

Avec d’autres, Atiq Rahimi s’est démené ces dernières semaines pour « faire sortir » 400 artistes, journalistes et acteurs de la société civile afghane ainsi que leurs proches.

Malgré ses efforts, seul un tiers de la liste qu’il avait proposée au gouvernement français a pu sortir du pays, alors que les évacuations aériennes occidentales ont cessé. Atiq Rahimi craint pour leur sécurité. « Ceux qui n’ont pas pu partir sont en général les plus ciblés, car ils ne pouvaient pas venir à l'aéroport : ce sont des visages connus » en Afghanistan.

Qu’a-t-il pensé de la déclaration d’Emmanuel Macron sur la crainte de « flux migratoires irréguliers » ? « Macron a utilisé l’affaire afghane pour devancer le discours d’une certaine Marine Le Pen. » L’écrivain encourage la France et l’Europe à faire davantage pour accueillir les Afghans. « Il faut ouvrir les frontières, accueillir les Afghans » pour les « sauver » de la mort. Même si cela créera peut-être « des crises » dans le « contexte politique actuel » en France.

***

Régie : Stéphane Pruvot, Alexandre Huez
Son : Jimmy Beaufils
Montage : Martin Bessin


À l’air libre

À l’air libre
par À l’air libre
À l’air libre
par Caroline Coq-Chodorge
À l’air libre
par À l’air libre

À la Une de Mediapart

Amérique Latine — Analyse
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
France
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Énergies — Analyse
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Terrorisme — Note de veille
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne