Atiq Rahimi : « Il faut ouvrir les frontières, accueillir les Afghans »

Prix Goncourt, l’écrivain franco-afghan s’est démené pour « faire sortir » des Afghans menacés par les talibans. Il appelle la France et l’Europe à faire davantage.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Prix Goncourt en 2008, exilé en France dans les années 1980, l’écrivain Atiq Rahimi revient sur la prise de pouvoir des talibans dans son pays. Il dit sa grande inquiétude. « L’Afghanistan va devenir un pays sans culture, sans pensée, sans racines. »

Avec d’autres, Atiq Rahimi s’est démené ces dernières semaines pour « faire sortir » 400 artistes, journalistes et acteurs de la société civile afghane ainsi que leurs proches.

Malgré ses efforts, seul un tiers de la liste qu’il avait proposée au gouvernement français a pu sortir du pays, alors que les évacuations aériennes occidentales ont cessé. Atiq Rahimi craint pour leur sécurité. « Ceux qui n’ont pas pu partir sont en général les plus ciblés, car ils ne pouvaient pas venir à l'aéroport : ce sont des visages connus » en Afghanistan.

Qu’a-t-il pensé de la déclaration d’Emmanuel Macron sur la crainte de « flux migratoires irréguliers » ? « Macron a utilisé l’affaire afghane pour devancer le discours d’une certaine Marine Le Pen. » L’écrivain encourage la France et l’Europe à faire davantage pour accueillir les Afghans. « Il faut ouvrir les frontières, accueillir les Afghans » pour les « sauver » de la mort. Même si cela créera peut-être « des crises » dans le « contexte politique actuel » en France.

***

Régie : Stéphane Pruvot, Alexandre Huez
Son : Jimmy Beaufils
Montage : Martin Bessin

À l’air libre

À la Une de Mediapart

Proche et Moyen-Orient
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Outre-mer — Entretien
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Parlement
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Asie et Océanie — Analyse
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne