Olivier Roy: «Le fondamentalisme ne suffit pas à produire de la violence»

Par

Olivier Roy explicite, dans son dernier livre, sa lecture du djihadisme en termes « d’islamisation de la radicalité », pour saisir à la fois les effets boomerang de la « déculturation du religieux » et l’impact d’une terreur très moderne qui prospère sur la peur de l’islam.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.