Michèle Audin au fil des quelques traces de son père, Maurice

Par

Michèle Audin, fille de ce jeune militant communiste mort à Alger entre les mains de l’armée française en 1957, mathématicienne, membre de l’Oulipo, publie Une vie brève, petit chef-d’œuvre de concision évocatrice, qui à partir d’une liste de courses parvient à dire une époque, un parcours politique, un père.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Michèle Audin, fille de Maurice Audin, ce jeune militant communiste arrêté, torturé à mort par l’armée française pendant la guerre d’Algérie, n’a pas publié son livre en 2012. Au moment où, commémoration de l’Indépendance aidant, se multipliaient récits, témoignages et souvenirs. Michèle Audin, dans Une vie brève, n’évoque que rapidement ce que dès 1958 et grâce à Pierre Vidal-Naquet, on a appelé l’Affaire Audin. Michèle Audin l’écrit, chaque mot de ce récit fut pesé. Elle ne donne pas dans le flot émotionnel, du tout. Aurait-elle tout faux ?