«“The Birth of a Nation” met en cause la mémoire nationale» des Etats-Unis

Par

À l'occasion de la sortie du film de Nate Parker, consacré à un esclave noir meneur d’une révolte sanglante, Mediapart s'est entretenu avec Sylvie Laurent. L'américaniste replace ce film dans l'histoire du cinéma américain depuis D.W. Griffith, mais aussi dans celle, entachée d'une accusation de viol, de son auteur, ainsi que dans l'actualité des polémiques hollywoodiennes autour de la question de la reconnaissance raciale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Auteure d'une biographie de Martin Luther King (Seuil, 2015), l'historienne et américaniste Sylvie Laurent explique pourquoi The Birth of a Nation, le film de Nate Parker, sorti en salle mercredi 11 janvier, est « subversif », même si « sa mise en scène très hollywoodienne » et les révélations sur le passé du réalisateur, accusé de viol en réunion sur une jeune fille blanche, le font basculer du côté de la « controverse » et du « malaise ».