Discussion avec l'historien marxiste caribéen C.L.R. James

Par

C.L.R. James, né en 1901 à Trinidad, avait été surnommé à la fin de sa vie le « Platon noir », par la presse anglo-saxonne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que les éditions La Découverte publient un ouvrage sur l'historien caribéen C.L.R. James, « intellectuel diasporique par excellence », qui a participé à des mouvements de décolonisation, et très peu connu du grand public, le site Période publie un entretien réalisé en 1980 entre C.L.R. James et Tariq Ali. Où il évoque, entre autres choses, sa passion pour le cricket, sport dont il décrit les dimensions, à ses yeux, artistique et politique.