Bernard Manciet, un grand Landais dans la maison poésie

Par

C'est un événement singulier: avec l'édition bilingue en poche de L'Enterrement à Sabres, opus poétique écrit en gascon et traduit par l'auteur, l'œuvre de Bernard Manciet (1923-2005) entre avec fracas dans la maison poésie à la française. Entretien avec Jean-Pierre Tardif et lectures de poèmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Coup de semonce dans le concert de voix monocordes (à un seul ton) de la poésie française : L'Enterrement à Sabres, pièce centrale dans l'œuvre protéiforme de Bernard Manciet (1923-2005), vient d'intégrer la collection « Poésie » des éditions Gallimard. Cette suite de quelque 5000 vers variables écrite en gascon, et traduite en français par l'auteur, courant sur deux décennies de la fin des années 1960 à celle des années 1980, avait déjà fait l'objet de précédentes éditions plus confidentielles. Celle-ci, « revue et corrigée » par Guy Latry, est préfacée par Jacques Roubaud, grand connaisseur par d'autres rivages (provençaux) de la poésie des troubadours.