Expérimenter la révolution

Par

Les révoltes arabes ont réactivé l’usage politique du terme de « révolution », longtemps réduit à un usage marketing ou à un folklore de bonnets phrygiens. À rebours de la vision trompeuse qui a suivi les soulèvements en Tunisie ou en Égypte et d’une conception froide et positiviste de l’histoire, un livre collectif cherche à transmettre l’expérience subjective et subversive du processus révolutionnaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les soulèvements arabes ont réactivé l’usage politique du terme de « révolution », longtemps réduit à un usage marketing ou à un folklore de bonnets phrygiens. À rebours de la vision trompeuse des mois qui ont suivi les révoltes en Tunisie ou en Égypte et d’une conception froide et positiviste de l’histoire, Sophie Wahnich, spécialiste de la Révolution française, cherche à restituer le processus, complexe et ouvert, de l’expérience révolutionnaire. Quelles leçons peut-on tirer de cette Révolution française si l’on refuse d’y voir un passé révolu ou un modèle transposable tel quel dans le présent ?