Biennale de Berlin : défiance et débats autour de clichés d’Abou Ghraib

Trois artistes irakiens ont retiré leurs œuvres de la Biennale de Berlin en fin de semaine dernière, en désaccord avec les manières d’exposer des clichés d’Abou Ghraib, prison irakienne où l’armée américaine a torturé, violé et tué au début des années 2000. « En quoi une image qui dénonce un crime devrait-elle être cachée ? », s’interroge Kader Attia, commissaire de la manifestation. Retour sur une controverse.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Trois artistes irakiens ont retiré le 18 août leurs œuvres de la Biennale d’art contemporain de Berlin. Ce geste spectaculaire est sans doute l’épilogue d’un bras de fer autour d’une installation controversée réalisée par l’artiste français Jean-Jacques Lebel, qui reproduit des clichés d’actes de torture commis dans la prison d’Abou Ghraib et qui avaient été révélés en 2004.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal