«Polina», corps et graphique

On avait laissé Bastien Vivès auréolé de la gloire d'un prix à Angoulême en 2009 pour Le Goût du chlore. Il a continué de chercher, de publier et de s'affirmer et propose aujourd'hui une œuvre maîtresse sur la danse, Polina. Propos recueillis par Dominique Bry et Vincent Truffy

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Quand Bastien Vivès est venu proposer ses premières planches à l’éditeur de KSTR (Casterman), il portait des tongs et un short, une bouteille de yaourt à la main. Didier Borg se souvient lui avoir alors demandé s’il avait bien l’autorisation de ses parents. Cinq ans ont passé sur cette première rencontre. Prolifique et inventif, le jeune dessinateur a publié dix albums, dont le très remarqué Goût du chlore récompensé par le prix «Essentiel Révélation» du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême en 2009.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié