André Markowicz, auteur de traductions, illumine la littérature russe

Par

Sur la couverture du livre, son nom figure tout en haut, et c'est justice. Avec Le Soleil d'Alexandre, André Markowicz nous donne une extraordinaire anthologie de la poésie romantique russe et le roman d'une génération brisée par la répression. Rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruit d'enfer le long du métro aérien, voitures et accélérations. Ça n'a pas l'air de le déranger du tout, André Markowicz. Sur la table du café, cahier déployé, les fameux crayons noirs affûtés et un livre... en chinois. C'est, disons, le défi présent. Il a traduit Tchekhov, les œuvres complètes de Dostoïevski, Pouchkine, et, pour ne citer qu'une de ses incursions hors russe, Shakespeare.